Asseria

Asseria Là où les plaines dociles du Ravni kotar rencontrent le sol karstique dénudé de Bukovica, sur une hauteur stratégique au-dessus des routes importantes se dresse, depuis la nuit des temps, Asseria.

Là où les plaines dociles du Ravni kotar rencontrent le sol karstique dénudé de Bukovica, sur une hauteur stratégique au-dessus des routes importantes se dresse, depuis la nuit des temps, Asseria. A quelques kilomètres de Benkovac, sur la route, où il y a 2 000 ans on voyageait de Jader (Zadar) la romaine jusqu’à la métropole de l’époque, Salona (Solin), se tient la vieille forteresse et ville de Liburnie, reconstruite par les romains. La magnifique Porte Trajan, le forum, les rues et les remparts sont tombés dans l’oubli, recouverts par le passage du temps et la pierre, mais ont commencé à être découverts au cours des dernières années. Le forum a été recouvert par une église paléochrétienne et un cimetière. Les trois kilomètres de viaduc ont été oubliés tandis que les puissants remparts de la ville, de trois mètres d’épaisseur, semblent s’être fondus dans la roche dont on les extrait aujourd’hui. Pourquoi les habitants de cette ville puissante sont-ils partis ? Qu’est-ce qui les lie aux habitants des villages environnants ? C’est le pouvoir d’utiliser et de dominer la pierre, car c’est ici qu’a été taillé le plus grand nombre de pierres tombales liburniennes cipus et de puissants remparts. Les gens d’ici ont vécu dans la pierre et de la pierre et sont devenus, aujourd’hui, d’excellents tailleurs de pierre presque innés.